2ème congrès Spirite et médico-Spirite de Menton 2018

Le week-end du 13 et 14 octobre se tenait à Menton dans les Alpes Maritimes, le 2ème Congrès mixte du Conseil Spirit Français et de l’Association Française Médico-Spirite.

Notre Groupe d’Etudes et d’Actions Caritatives Spirite, Projet 1868 était heureux de participer à la 1ere journée du congrès, consacrée à l’aspect philosophique et doctrinal du Spiritisme.  Nous n’avons malheureusement pas pu participer à la seconde journée dédiée à l’aspect médico-scientifique.

Avant toute chose, il est important de saluer l’organisation sans failles de toute l’équipe de Richard Buono, président du Conseil Sipirite Français, dans un cadre splendide, le Palais de l’Europe et la magnifique ville de Menton baignés de soleil. C’était également un plaisir de rencontrer les bénévoles du CSLAK (Centre Spirit Lyonnais Allan Kardec) et les éditions Philman, qui nous inspirent beaucoup.

Nous avons été surpris du nombre impressionnant de congressistes, certainement plusieurs centaines.

Ces deux journées se voulaient placées sous le signe des échanges et des ponts entre les spirites du monde entier, la religion,  les approches philosophiques et scientifiques.

Une fois n’est pas coutume, commençons par la fin. Cette 1ere journée a été en effet, ponctuée d’une intense émotion lors de l’intervention de  l’éminent Divaldo Perreira Franco.  Son sage, souvent très amusant et toujours lumineux discours s’est achevé par une prière inspirée, certainement soutenue par les plus grands guides et d’une portée cosmique. Beaucoup de congressistes sont restés de longues minutes hagards sur leur chaise, les yeux chargés de larmes. Chaque mot de cette merveilleuse prière semblait émaner de Divaldo pour venir, transportés par les fluides, saisir nos cœurs et extirper nos sentiments les plus profonds.

Il faut dire que la montée en intensité s’est faite tout au long de cette journée parfaitement orchestrée, dont chacun des brillants intervenants est venu apporter la note cette à belle symphonie.

L’émouvante présentation du Docteur Juan Danilo Rodriguez, qui nous a présenté le travail à de Manaso de Caminho, la maison pour enfants nécessiteux et du programme d’école, d’hôpitaux et d’instituts de formation, créés par Divaldo Franco.

Le travail de développement, d’harmonisation et de convergence qu’engage le Conseil Spirite Français,  présenté par Richard Buono, pour favoriser l’expansion de la doctrine et philosophe spirite en France. Sont recherchées les bonnes volontés pour participer à un important programme de traduction et relecture de contenus Brésiliens ou encore le développement de Groupes et centres solides, s’appuyant sur le Conseil Spirite Français.

Nous avons eu la chance d’avoir, par les présidents de fédérations et de centres éminents, au Brésil, Etats-Unis, Portugal et Italie une présentation de leurs actions, enjeux et fonctionnement.

La présentation du travail de Celia Diniz, présidente du centre Luiz Gonzaga, Pedro Leopoldo, le plus important centre Spirite du Brésil et un témoignage de sa vie et son enfance auprès de Chico Xavier.

C’était aussi l’occasion de nous présenter son ouvrage «  Vaincre la douleur de la mort » suite à la perte de deux de ses enfants ou comment vivre le deuil et les émotions même lorsque l’on est Spirite.

L’impressionnante intervention du père George de Saint Hirst, prêtre exorciste qui a fait le parallèle entre les démons et esprits qu’il a affrontés lors de plus de 1000 exorcismes et désobsessions que pratiquent les Spirites. Il nous apprend que le mot obsession est,  depuis 1999, réintégré dans les pratiques de l’exorcisme catholique et que l’église tend a avoir conscience qu’il ne s’agit pas que de démons mais aussi d’âmes de désincarnés qui peuvent obséder les vivants. Il nous invite à mettre les différences de côté.

La très belle invitation d’ouverture de Monseigneur Gérard Berrier, qui d’abord reconnait que le Spiritisme à longtemps était mis de côté et peu considéré par des structures dominantes qui se sentaient menacées dans leur suprématie. Il faut insister sur nos similitudes et non nos différences qui peuvent encore être nombreuses. Il a souligné que les valeurs chrétiennes imprègnent le Spiritisme et a rappelé que l’homme, limité et lié à la matière qui l’oblige à se donner des limites, ne peut développer une Spiritualité sans cadre. En effet, sans cadre, l’esprit développe une spiritualité à la dérive. S’avancer sur un chemin c’est rechercher, et rechercher c’est se rapprocher de la vérité. Son intervention a été longuement applaudie.

Yvon Doyle, président du Canadian Spirit Council, nous a donné à réfléchir sur l’évolution de nos lois sociales de la moralité et de l’amour. Pourquoi tant de lois viennent encadrer et soutenir le libre arbitre face à des actes pourtant semblant s’éloigner de lois Divines. Est-ce les symptômes d’un manque de sentiments, élevés d’amour et de moralité ? Pourquoi tant de nos frères décident d’arrêter leur programme d’incarnation ? Il nous invite à nous aimer nous même, à aimer ce programme d’incarnation, pour aimer les autres et enfin aimer Dieu. Attention cependant au masque de l’égo qui n’entrainerait qu’un pseudo-amour.

Nous rajouterons, d’après une phrase que nous avons entendue il y peu, sans nous souvenir de l’auteur, que l’amour sera toujours au-dessus de la morale et des lois. Faute d’amour on fait appel à la morale, faute de morale on crée des lois sociales…

Enfin, cette journée riche en rencontre va également donner une dynamique au développement de notre groupe. Nos prières et nos pensées sont dirigées vers les esprits incarnés,  désincarnés et les guides qui nous portent et nous soutiennent dans ce projet et qui voudrons bien éclairer nos séances de travail et notre développement dans de bonnes et louables conditions de moralité, d’élévation et d’actions pour les autres.

Fraternellement

L’équipe Projet 1868

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *